ExSitu

Recherche et expérimentation artistique

Outils pour utilisateurs

Outils du site


prod:creation:meta-projet:1000

1000

Installation sonore, lumineuse, électronique et numérique

[En cours de développement]
Première exposition : Les Arts à la Pointe - Juillet 2019


Un rituel est venu rythmer l’activité de notre atelier nomade : la collecte quotidienne sur une période de trois ans, de 1000 petits objets de natures diverses, le plus souvent trouvés sur le bord de la route, ainsi que le relevé systématique des données qui leur sont associés (date, coordonnées GPS, altitude, kilométrage, poids, taille, couleur, etc…)

Boite noire du projet, journal de bord matérialisé ou cabinet de curiosité nomade à l’ère du technocène et du numérique, cette installation multimédia dont l'esthétique s'inspire volontairement de celle des data-centers, abrite, explore et ré-agence une base de données résultante d'un travail systématique et rigoureux de longue haleine.

1000 objets réels côtoient leurs homologues virtuels, et de leurs interactions découlent une forme évolutive et animée qui tente inlassablement et en vain, de défragmenter et ranimer la mémoire de Geocyclab.

Son langage, fait d'événements lumineux, sonores, et visuels, dévoile de manière sensible et immersive les traces de la relation que l'humain d'aujourd'hui entretient avec le monde.


dimensions : L. 50cm, l. 50cm, h. 120cm
techniques diverses
matériaux : bois, verre, plexiglas, acier…

Cette œuvre à forme évolutive n'est rendue possible qu'avec la participation d'une petite équipe d'ingénieux développeurs et d'agiles et patientes petites mains que nous ne remercierons jamais assez.

[Docu] 1000

Développée à l'aide d'outils libres (software & hardware), cette installation est précisément documentée pour rendre possible son appropriation par la communauté des artistes/développeurs, et pour simplifier sa mise en œuvre lors d'une exposition. (Documentation orientée développement + Documentation pour le montage / manuel d'utilisation)


Description générale

1000 est une installation artistique, numérique et immersive, dont l’esthétique vise à plonger le spectateur dans l'univers de Geocyclab. Il s'agit d'un système modulaire et autonome capable de présenter une lecture continue des 1000 objets en suivant une série de séquences prédéfinies (rythmes, ordres de tri, paramètres…)

Objets, sons, images, et données sont ainsi mis en scène et animés par le biais d'un réseau de machines synchronisées, qui communiquent entre elles via le protocole OSC, et où plusieurs modules “Slaves” suivent une séquence générée par le “Master”.


Structure modulaire s'adaptant à n'importe quel espace d'exposition dans l’obscurité.

Possibilité d’extension par ajout de nouveaux éléments connectés (slaves)

Interface de contrôle pour paramétrer et dépanner l'installation

Stabilité / Autonomie (détection de panne ? résolution automatique ? fichier log global ?)

Sécurité (Accès à distance, SSH ? VPN ? Extension de l'expo en ligne…)

Mobilité (dispositif embarqué contenu dans un flight case)

Protocole OSC

Ports et adressages OSC

MASTER vers LIGHT SLAVE
OSC Arguments
portadressage nb 1 2 3 4 5 6 7 8
8001light/shape/5ID level fadein hold fadeout
light/color/ 3head_r head_g head_b back_r back_g back_b back_lev

MASTER vers AUDIO SLAVE
OSC Arguments
portadressage nb 1 2 3 4 5 6 7 8
8002audio/shape/5ID level fadein hold fadeout
audio/vol/ 5main spk1 spk2 spk3 spk4
audio/eq/ 3bass mid high
audio/reverb/ 4bright wet dry roomsize
audio/delay/ 2delay feedback
audio/fx/ 8fx1 fx2 fx3 fx4 fx5 fx6 fx7 fx8

MASTER vers VIDEO SLAVE 1
OSC Arguments
portadressage nb 1 2 3 4 5 6 7 8
8003video/shape/5ID level fadein hold fadeout
video/param/ 2width height

MASTER vers VIDEO SLAVE 2
OSC Arguments
portadressage nb 1 2 3 4 5 6 7 8
8004video/shape/5ID level fadein hold fadeout
video/param2/ 2width height

MASTER vers VIDEO SLAVE 3
OSC Arguments
portadressage nb 1 2 3 4 5 6 7 8
8005video/shape/5ID level fadein hold fadeout
video/param3/ 2width height

Réseau local

Wifi

Le Master fournit le hotspot sur lequel les esclaves se connectent en wifi automatiquement.

Nom du réseau : backup
Password : geocyclabexsitu


PC - Client
Nom : backup-controler


Raspberry 1 - Hotspot
Nom : backup-master
IP : 10.3.141.1


Raspberry 2
Nom : backup-audio-slave
IP : 10.3.141.2


Raspberry 3
Nom : backup-video-slave-1
IP : 10.3.141.3


Raspberry 4
Nom : backup-video-slave-2
IP : 10.3.141.4


Raspberry 5
Nom : backup-video-slave-3
IP : 10.3.141.5

Est-il possible de switcher les carte SD d'un Raspberry à l'autre ? Pour le moment, il semble que ça ne fonctionne pas…

MASTER

Le MASTER est le module central de l’œuvre, le serveur. Invisible aux yeux du public, il ne génère pas de contenu d'ordre plastique ou sonore mais organise et synchronise les images, sons et lumières diffusés par les différents SLAVES de 1000. Organe indispensable, il endosse le rôle ingrat du chef d'orchestre invisible.


Hardware: RaspberryPi 3
Distribution: Raspbian
Software: Python - Javascript


DEV : Framapad MASTER

Fonctionnement

Tourne sous Raspberry Pi et se lance automatiquement au boot

Génère le hotspot wifi auquel les Slaves se connectent automatiquement

Génère les séquences de lecture paramétrées via l'interface utilisateur

Diffuse ces séquences en OSC aux modules esclaves

Reconstruire le MASTER

Pour assouplir au maximum la gestion de la base de donnée et pour simplifier le setup de 1000, nous imaginons laisser à Python (+SQL?…) le soin de gérer le MASTER. Cela nous permettrait d'y associer une interface utilisateur WEB, de s'y connecter depuis un laptop, tablette ou smartphone et non plus d'avoir (comme dans la version actuelle) à installer Pure Data sur un Laptop dédié.

Interface Contrôle

Le CONTRÔLER permet d’interagir à tout moment avec l'installation, de changer les séquences jouées par le MASTER, de contrôler les paramètres sonores, la vitesse de défilement des LEDs, la longueur des fades in/out…

Création d'une interface Javascript qui communique avec le MASTER via Python.


+ Sélecteur de plages (Mode démo)

DATAs

Le cœur du MASTER est un fichier .CSV rassemblant les méta-données des objets. Ces données (coordonnées GPS, date, lieu, taille, poids, couleur, origine, matière…) peuvent devenir autant de paramètres de contrôle qui définiront la nature et la fréquence des événement sonores et visuels de 1000

Détails des données

Fichier de données : DATAs-FramaCALC

Statistiques des 1000 données : 1000_stats.ods

Normalisation de la base de données (données réelles → 0-255) ?

datas.jpg

colentête min max
Chiffres bruts
A id 1 1000
B date 2012-09-30 2015-09-26
C kms 0 155
D alti -3 2454
E lat_deg -8 50
F lat_min -54,887 59,906
G long_deg -122 126
H long_min -59,966 59,921
I poids 0,01 27,76
J taille 0 1320
Codes chiffre
K id_couleur 0 17
L couleur 18 valeurs
M id_matiere 0 9
N matiere 10 valeurs
O id_origine 0 2
P origine 3 valeurs
Q id_pays 0 23
R pays 24 valeurs
S post 0 / 1
Textes
T objet
U gps
V lieu
W contexte
X depart
Y arrivee
Chiffre calculés / convertis
Z annee 2012 2015
AA mois 1 12
AB jour 1 31
AC kms_cumule 40 18130
AD kms_depart_vol_oiseau 0 12887,6
AE kms_depart_corde 0 10801,1
AF kms_etape_segments 0 9265,3
AG kms_etape_cumule 0 69813,7
AH lat_dec -8,713 50,483
AI long_dec -122,576 126,449
AJ lat_rad -0,152 0,881
AK long_rad -2,139 2,207
AL lat_x
AM long_y
AN date_full

LIGHT Slave

SANE data follows

Le LIGHT SLAVE met en lumière et donc en valeur les objets suivant un ordre et un tempo prédéterminé par le MASTER. Pour le visiteur, la lumière est une “tête de lecture” qui se déplace de façon fluide d'objet en objet et permet d’établir une lecture différente de l’œuvre à chaque changement de scénario (chronologique, géographique, poids, taille…) et de mettre en avant les différents types de données collectées par Geocyclab.

Hardware: voir le tableau “détail du Hardware”
Software: Pure Data / IDE arduino
Library: FastLed
Canal OSC: 8001


DEV : Framapad light slave

Fonctionnement

Réception

>> Adressage OSC Slaves

light/shape/ 345 213 1200 2050 1000

où les arguments correspondent, dans l'ordre, à :

345  = ID (1-1000)        = n°LED
213  = level (1-255)      = luminosité
1200 = fadein (ms)        = fade in
2050 = hold (ms)          = maintient
1000 = fadeout (ms)       = fade out

Concernant la couleur du background, un message OSC séparé est transmis par le MASTER du type :

light/color/ //head back back_lev
Traitement []

GITHUB

Contrôler couleur, intensité et animation (background + active) de chacune des 1000 LEDs

Le MASTER est désolidarisé du LIGHT Slave et le Teensy 3.2 est équipé d'une extension WIFI ESP8266. Le LIGHT Slave reçoit dès lors les mêmes messages OSC que les autres SLAVEs, en communiquant avec le MASTER via le port 8001.

Gestion des LEDs

Le Teensy 3.2 parse ces messages en utilisant une librairie OSC :

Le type de message et le nombre d'arguments correspondant aux couleurs dépendra de la libraire utilisée.

  • Avec la libraire FastLed, le master envoi au Teensy un message en Hex (0xF0F8FF)
  • Avec la libraire Neopixel notre message décrivant la couleur est en RGBW (Red-Blue-Green-White) et comporte donc 4 valeurs.
  • Il y aussi la libraire OctoWS2811 qui pourrai éventuellement être utilisée puisqu'elle est compatible avec les LEDs WS2812B. message décrivant la couleur est en RGB, 3 valeurs pour pour cette libraire, mais qu'il faut encore décrypter.

Rappel concernant la gestion des couleurs: La couleur des LEDs “tête de lecture” qui mettent en avant les objets sélectionnés est différent de de le couleur de fond, autrement dit du “background”. Un message OSC séparé est envisagé pour le initialiser la couleur et l'intensité du background.

Diffusion

Hardware

Contrôle
Raspberry 3 (Master)
Teensy 3.2 (Contrôleur)
OctoWS2811 Adaptor (connexion Teensy/LEDs)

Alimentation
Alimentations 5V-18A (2x) (alimentation LEDs)
Alimentation 12V-3A (alimentation fan contrôler + step down)
Step down 12V→5V (alimentation Raspberry + Teensy)

Light
1000x LEDs WS2812B (Ruban de LEDs - 30 LEDs par mètre)

Autre
Fan contrôler
Ventilateur
Interrupteur alimentation x3 (1 interrupteur par alimentation)
Bouton “shutdown” Raspberry
Câble alimentation et prise secteur (type “choco”)
Connecteur secteur (type choco avec fusible)

Matériel supplémentaire pour le développement de la V2.0

Teensy 3.2 - OCTOWS2811 et ESP8266 pins compatibilité

OCTOWS2811 Pin ESP8266
Serial Pin SPI Pin
2 LED Strip #1 0 RX17 DOUT
14 LED Strip #2 1 TX18 DIN
7 LED Strip #3 7 RX39 CS
8 LED Strip #4 8 TX310 CS
6 LED Strip #5 9 RX211 DOUT
20 LED Strip #6 10 TX212 DIN
21 LED Strip #7 13 SCK
5 LED Strip #8 14 SCK
- Connect together A1 CS
32 Do not use A6 CS
25 Do not use as PWM A7 CS
12* Frame Sync (Video)
FTM2 Timer Hardware Used

1000 Objets

[HARDWARE] Mise en scène de la collection


Chaque objet, placé dans un tube en verre, est adressé à une LED, l'ensemble constituant une matrice 3D cubique de 10 x 10 x 10 objets, tubes, et LEDs, répartis sur 10 étages, et protégés par une vitrine.

L'ensemble est entièrement démontable pour facilité la maintenance et le nettoyage, et les différents éléments techniques restent accessibles (Connecteurs HDMI RJ45, carte SD…)

SANE data follows

rack02.jpg

full.jpg

Tubes / Visserie / Entretoises


Tube verre 70 mm ø 24 Fond Plat - bolium.com - 14V0700PL

Longueur : 70 mm
Diamètre extérieur : 24 mm
Diamètre intérieur : 21 mm
Volume : 25 ml
Fond : Plat

1 tube = 21 mm × 21 mm × 70 mm
= 30870mm3 = 30,87 mL
1000 tubes = 30,87 Litres

back-up-hardware.jpg


D. 5 mm

Tige filetée D. 5mm 96 x 86 mm
Tube plastique D. 8mm 96 x 51,7 mm
Gaine thermo D. 9mm 96 x 52 mm
Écrous Nylstop 2 x 96 192 400 - 192 = 208
Écrous plats 3 x 96 288 400 - 288 = 112
Rondelles 6 x 96 576 600 - 576 = 24
Capuchons 2 x 96 192 184 - 192 = -8

D. 10 mm

Tige filetée D. 10mm 1 x 100 mm
Tube alu D. 12mm 12 x 69,5 mm
12 x 9 mm
Gaine thermo D. 12.7mm 12 x 70 mm
12 x 9 mm
Écrous Nylstop x ?? dispos : 5
Écrous ailettes x ?? dispos : 2
Rondelles x ?? dispos : 10


bricovis.fr - Visserie

gaines-thermoretractables.fr - Gaines thermo
Couper la longueur désirée, prévoir un rétrécissement longitudinal de 5-7 %

landefeld.com - Tubes PU, PE, PA…

quincaillerie.pro - Tube polyurethane
diproclean.com - Tube polyéthylène noir D.int 6mm
diproclean.com - Tube polyéthylène noir D.int 10mm
diproclean.com - Tube polyéthylène noir D.int 10,7mm ?

rotomoulage.org - Caractéristiques matières plastiques

Plexiglas / Joints
PMMA extrudé 2mm


Install Secu Rab Ping Tom
A1 x 5 x 1 + 3 3 3
A2 x 5 x 1 + 1 2 4
A3 x 5 x 1 + 1 2 4
A4 x 5 x 1 + 1 2 4
A5 x 5 x 1 + 1 2 4
A6 x 5 x 1 + 2 3 3
Install Secu Rab Ping Tom
B1 x 5 x 1 + 1 1 5
B2 x 5 x 1 6
B3 x 5 x 1 6
B4 x 5 x 1 6
B5 x 5 x 1 6
B6 x 5 x 1 + 1 1 5
Canson noir 160g/m2


Modèle Install Rechange Rab Ping Tom
A x6 2 4
B x6 2 4
Feutrine acrylique 2mm

Tendre la feutrine acrylique sur un cadre pour la planéité.

Mousse EVA 2mm
Mousse Plastazote 10mm

[Techno] Lasercut


LaserCut V2

Vis 5mm + larges
Bourrelet supérieur du tube (plateau IV)
Intégration câbles + connecteurs

LEDs - Connectique

Calcul de puissance : Ce tableau de puissance détermine le nombre et le type d'alimentations, le type de câblage, la qualité des interrupteurs, l'ampérage des fusibles et le type de disjoncteur.

ÉlémentIntensité(A)Tension(V)UnitésTotal intensité (A)Total consommation (Watt)
LED WS2812B0.065100060320

Il nous faut donc 2 alimentations 5V, en 32A minimum pour faire fonctionner l'ensemble des LED en pleine puissance.

back-up-circuit.jpg

Connecteurs & Câbles

Câble data RJ45
Câble GND (data) RJ45
Câble 5V+ AWG #22
Câble GND (5V) AWG #22
Câble alimentation et prise secteur (choco)
Connecteur alimentations → LED strip
Connecteur Teensy → LED strip
Connecteur Raspberry → Teensy 3.2


Câbles interLED

interLED 01 (short) 108 x 40 mm
interLED 02 (medium) 108 x 48 mm
interLED 03 (long) 108 x 56 mm

back-up-connectique.jpg

Câbles In/Out

In A 01 AWG20 +5V 6 x 165 mm
In A 02 AWG20 Din 6 x 185 mm
In A 03 AWG20 Gnd 6 x 175 mm
Out A 01 RJ45 Gnd 6 x 235 mm
Out A 02 AWG20 Din 6 x 225 mm
Out A 03 AWG20 +5V 6 x 230 mm
Raccord A RJ45 +5V 6 x 55 mm
Raccord A AWG20 Gnd 6 x 60 mm
In B 01 AWG20 +5V 6 x 255 mm
In B 02 AWG20 Din 6 x 220 mm
In B 03 AWG20 Gnd 6 x 255 mm
Out B 01 AWG20 Gnd 6 x 155 mm
Out B 03 AWG20 + 5V 6 x 155 mm
Raccord B AWG20 Gnd 6 x 35 mm

Câbles Colonne

A1 B2 A3 B4 A5 B6 A7 B8 A9 B10 A11 B12
Alim +5V ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm
Alim Gnd ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm
DATA Din ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm
DATA Gnd ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm ?? mm
Recherches de design

Version 0.3

Version 0.2

Version 0.1

Structure cubique d’environ deux mètres de côté. - Étagères porte-éprouvette en cube autour du flight-case (8m3)

AUDIO Slave

SANE data follows

L'AUDIO SLAVE est un système de diffusion sonore ambisonique 2D basé sur Pure Data, Raspberry Pi et Beocreate (carte son amplifiée 4 canaux dédiée au Raspberry). Ce module - léger - génère une couche sonore accentuant l'immersion du public dans le voyage de Geocyclab tout en apportant des éléments supplémentaires à la compréhension de l’œuvre. Diffusion de fragments sonores relatifs aux pays dans lesquels les objets ont été collectés

Hardware: Raspberry Pi - Beocreate (carte son)
Distribution: Raspbian
Software: Pure Data
Canal OSC: 8002


DEV : Framapad AUDIO slave

Fonctionnement

Réception
audio/shape/ 345 213 1200 2050 1000 0x9966CC

où les arguments correspondent, dans l'ordre, à :

345      = ID (1-1000)        = n° du sample à jouer
213      = level (0-255)      = intensité du signal sonore (à diviser par 2 (0-127)
1200     = fadein (ms)        = Attack
2050     = hold (ms)          = Maintient
1000     = fadeout (ms)       = Release
0x9966CC = Color (hex)        = //(ne nous intéresse pas pour l'audio slave)//

D'autre messages OSC sont envoyés à l'AUDIO Slave qui définissent les paramètres sonores globaux (volume, balances, equalizer, reverb, delay…)

audio/vol/ //main spk1 spk2 spk3 spk4

>> Adressage OSC Slaves

Traitement [PURE DATA]

Ce module contient sa propre base de données (un sample audio par pays). Pure Data gère le traitement du signal sonore et le sampling

Diffusion


Diffusion audio sur 4 canaux, spatialisée en fonction des coordonnées GPS

Hardware

Audio Raspberry 3 (traitement audio)
Carte son Beocreate (carte son 4 canaux)
Speakers 30W (x4)

Alimentation
Alimentations 18V - 12V-24V (Raspberry Pi + BeoCreate 18V)

Connectiques
Câble audio (BeoCreate > enceintes)
Connecteur audio (BeoCreate > enceintes)
Connecteur alimentations (raspberry/BeoCreate)

Autres
Interrupteur général
Bouton “shutdown” Raspberry

Sons

Samples utilisés par Pure Data
ID Pays Nb Jours
0 Transit 3
1 France 41
2 Espagne 33
3 Maroc 98
4 Mauritanie 28
5 Sénégal 34
6 Mexique 172
7 USA 77
8 Indonésie 67
9 Malaisie 58
10 Thaïlande 28
11 Birmanie 27
12 Inde 20
13 Malaisie (bis) 26
14 Népal 16
15 Inde (bis) 73
16 Georgie 27
17 Turquie 68
18 Bulgarie 21
19 Serbie 14
20 Hongrie 15
21 Autriche 12
22 Allemagne 11
23 France 31

VIDEO Slave

SANE data follows

Le vidéo slave est un dispositif de projection vidéo dédié à la visualisation de données. Basé sur Processing et tournant sur un Raspberry Pi, il contient sa propre base de données (photos des objets x1000) ainsi qu'une copie des métadonnées des objets. Le logiciel Processing puise dans ces bases de données pour afficher photos et représentations graphiques des métadonnées relatives à chaque objet.

Hardware: Raspberry Pi
Distribution: Raspbian
Software: Processing
Canal OSC: 8003


DEV : Framapad VIDEO slave(s)

Fonctionnement

Traitement [PROCESSING]

GITHUB

[Code] Raspberry Pi - AUTOSTARTs



Photos objets
Photos macro des objets


Datas
Textes, chiffres, diagrammes, données relatives aux objets


Points GPS
Points correspondants aux coordonnées GPS des objets sur un planisphère

Map Projection Transitions


Bulle impressionniste à partir de photos floutées des paysages de Geocyclab
Ambiances lumineuses et colorimétriques issues des photographies du voyage…

Diffusion

Maquette de la vidéo projetée

Hardware

Vidéo projecteur ou écran (HDMI)

Pour optimiser les performances d'affichage, multiplier le nombre et la diversité des dispositifs de diffusion vidéo (projection, LCD, TV…), nous imaginons la possibilité de cloner les VIDEO Slaves.

Par exemple, un système Raspberry + vidéo-projecteur serait dédié à la projection en grand format des objets, un deuxième système identique servirait à projeter la carte, et un troisième module, pourquoi pas contenu dans une mallette, affiche sur un écran LCD les données relatives aux objets alors que les ambiances colorimétriques des lieux prendraient la forme d'une sculpture…


Maquette de la vidéo projetée

Notes

Idées, liens, sources, notes de travail…


Finalisation
  • Modifs flightcase
  • Vidéo3 Fab ?
  • Porte + aimants ? + recâblage
  • LEDs + diffuses
  • Peignes : lasercut + encrage + tubes/gaines
  • Documentation (captation + technique + cartel + crédits)

Scénographie

Light-Slave (au centre de la pièce)

Serveur (ExBox à concevoir + socle)

Son 4.1 (Audio-Slave + Enceintes aux quatre coins de la pièce)

2 Vidéo-Slaves VPs Full HD sur deux murs opposés :

  • Vidéo-Slave_01 : objet seul en macro (min 3x3m)
  • Vidéo-Slave_02 : grille de 40×25 objets triés en fonction de la séquence jouée

1 Vidéo-Slave LCD (valise ? ExBox ?) : planisphère + datas + vignette de l'objet

Impressions des données

Disque dur démonté (dans l'ExBox Serveur ?)

Radio-Slave à l'extérieur


Séquences

Chaque séquence de lecture correspond à un ordre de tri des objets et a sa durée propre.

Entre chaque séquences, le son et le Vidéo-Slave_01 se taisent. Seuls le Light-Slave, le Serveur et le Vidéo-Slave_02 affichent la programmation de la séquence suivante.

  • La grille d'objets change son ordre de tri
  • La lumière globale du Light-Slave change et une rapide séquence graphique s’exécute
  • Le serveur fait défiler les métadonnées dans le nouvel ordre (en mode Terminal)




Autres Slaves

Module slave - imprimante thermique : Tuto raspi+imprimante thermique

Module slave - connecté ?


Textes

Un travail de longue haleine pour cette collection d'échantillons correspondant chacun à une journée passée dans notre atelier, et qui constitue le point de départ d’une installation les mettant en scène.

Partant des données qui permettent l’identification de chaque objet, il devient possible de programmer leur mise en lumière et leur sonification (transformation d’une valeur numéraire en événement sonore) et de construire ainsi une narration temporelle et géographique qui assiste la lecture de l’installation.

Base de données matérialisée, journal de bord singulier ou cabinet de curiosité, la distance entre la présence sensible et palpable de ces échantillons du monde et le code sonore et lumineux qui les anime.

Cette installation est une tentative désespérée de décrire Geocyclab, où plutôt, de réactiver la mémoire d'une expérience passée. Quel sens est produit dans l'accumulation de données, traces, lors d'un voyage ? Qu'est ce qu'est cette mémoire du voyage ? Un disque dur ? Une mémoire vieillissante ?

Donner l'impression d'une chose vivante, alors que ce n'est qu'une mémoire inerte, un automate animée.

Se peut-il que cette installation se dégrade comme s'efface nos souvenirs au fil du temps ?


1000 ?

Parce que c'est que des 0 et des 1, parce que 1000, c'est énorme. Parce que 1001,

J'ai lu un jour que cela représentait l'infini chez les arabes (les 1001 nuits) et que c'est pour cela que Kubrick avait appelé son film 2001.

Comme vous avez un objet de moins que l'infini, vous vous trouvez bloqués au point maximal du fini. Ce qui correspond assez bien à cette idée d'anthropocène qui vous titille. Que la Terre puisse potentiellement avoir une fin est une des dernières grosses révélations de l'humanité. Poétiquement, le 1000 ramène à ça: à cette finitude plutôt qu'à cet infini de l'âge d'or.

C'est aussi le puzzle de 1000 pièces, c'est rassurant, ça tombe rond, tout est là, à sa place.

Et puis lire que la pièce s'appelle 1000, de s'imaginer l'énorme et de rentrer dans une pièce sombre pour se retrouver face à un parallélépipède pas très grand contenant l'énorme, ça renverse toutes les échelles.

Interview - Blog chaire Unesco REL LS2N

https://chaireunescorel.ls2n.fr/2022/02/21/exsitu-entretien-avec-fanch-dodeur-et-barthelemy-peron-les-createurs-de-1000/


Bonjour Barth et Fanch. Tout d’abord, pourriez-vous nous en dire un peu plus sur vous ? Sur le collectif ExSitu ?

Nous travaillons ensemble depuis plus de dix ans maintenant. Fanch est issu des Beaux-Arts, avec un travail autour du son, de la musique, et d'installations interactives cherchant à rendre visibles des phénomènes invisibles, librement influencé par le concept de synesthésie. Barth a étudié aux Arts Décoratifs, suivant un parcours transversal allant du design d'objet au cinéma d'animation, en passant par la vidéo, la photo, la scénographie…

ExSitu s'est inventé autour de la complémentarité de nos démarches, mais aussi sur un terrain partagé de curiosité pour la nature et la science, où recherche et créativité se mêlent dans une quête à la fois sensible, intellectuelle et poétique.

Suivant la conviction que “savoir” et “nature” sont des biens communs, ExSitu intègre au cœur de sa démarche les valeurs et contraintes de la culture du Libre. La fabrication des outils fait alors partie du processus de création, brouillant la distinction entre atelier et laboratoire, entre documentation et exposition.

De 2012 à 2015, vous avez fait un tour du monde en vélo. Vous nous en dites plus sur ce voyage [ex. : les raisons de ce voyage, le choix du vélo comme moyen de déplacement, ce que le voyage vous a apporté….] ?

C'est l'envie de travailler ensemble qui a été à l'origine de Geocyclab. Vers 2010, nous avions commencé à expérimenter un croisement dans nos pratiques, et une aspiration partagée à partir visiter le monde a déclenché cet idée d'atelier nomade de recherche et de création artistique.

Le vélo s'est rapidement imposé comme la solution idéale pour nous permettre à la fois de transporter le matériel nécessaire à cet atelier (couchage, réparation, audiovisuel, électronique…) tout en restant en prise direct avec le monde, suivant une vitesse de déplacement à échelle humaine.

Ces trois années de voyage ont été une tranche de vie particulièrement intense en découvertes, rencontres, et expériences de toutes sortes. Sur un plan artistique et professionnel, elles nous ont offert l'occasion de mettre en pratique de nombreuses idées et principes au quotidien, tel le système D, la recherche d'autonomie, le libre partage des savoirs et des connaissances, la navigation hors de nos zones de confort… Et ce voyage nous a apporté une source inépuisable d'inspiration, de réflexion, qui continue de nous animer aujourd'hui.

Lors de ce voyage, vous avez collecté 1 objet par jour, ce qui en fait 1000 au total. Cela représente un travail considérable, d’autant plus que vous avez pris soin de documenter chaque objet, en lui associant une quarantaine de méta-données ! Concrètement, en quoi consistait ce rituel quotidien qui a rythmé votre voyage ? Comment choisissiez-vous les objets ?

Le rituel était plutôt simple, consistant à ramasser un petit objet, le plus souvent abandonné sur le sol, et à enregistrer les coordonnées GPS et l'altitude du lieu, la date et quelques informations de contexte. C'est surtout la répétition quasi-obsessionnelle de ce protocole qui s'est avérée ardue, nous obligeant à une rigueur quotidienne, en parallèle de la rédaction de notre journal de bord. Devenue une habitude au bout de quelques mois, cette pratique nous a pousser à visiter le monde sous un autre angle, les yeux rivés au sol, en quête du moindre trésor.

Le premier critère de choix d'un objet était bien sûr sa taille, il devait pouvoir être contenu dans un tube à essai. Ensuite il fallait qu'il ne soit pas périssable. Et pour finir, nous essayions de trouver l'objet le plus original possible, celui qui ressemblait le moins à ceux déjà récoltés. Il est arrivé qu'on nous offre “l'objet du jour”, après avoir raconté notre projet à des personnes rencontrées sur la route.

Lorsque l'occasion se présentait, nous renvoyions les derniers objets en France, emballés et numérotés individuellement, et compactés dans une petite boite. Une dizaine de boîtes se sont ainsi accumulées jusqu'à notre retour.

Pensiez-vous déjà, à ce moment-là, à faire une œuvre composée de ces 1000 objets ?

L'idée de cette collection d'objets était posée avant le départ, plus sous la forme d'un carnet de bord expérimental et performatif. Les idées de sculpture ou d'installation à partir de cette collection sont devenues plus tangibles sur la deuxième moitié du voyage, lorsque nous avons commencé à réaliser que nous allions sans doute tenir notre challenge jusqu'au bout, et quand l'après-voyage commençait à se dessiner à l'horizon.

Mais finalement, nous avons attendu trois années supplémentaires avant d'entamer ce travail de création, comme un autre voyage, dans le temps cette fois-ci. Lors d'une résidence en 2018, nous avons ainsi ouvert et déballé notre collection. Les objets on alors été comptés, pesés, mesurés, et nous leur avons attribué une couleur, une matière, une origine naturelle ou artificielle, comme autant de nouvelles informations qui sont venues compléter les données prélevées sur le terrain. C'est à ce moment là qu'a débuté le chantier de construction de cette installation, et que nous avons constaté avec soulagement que nous n'avions égaré aucun des 1000 objets !

Pourriez-vous nous expliquer de manière un peu plus détaillée ce qu’est 1000 [représentation, vision artistique, etc.] ?

1000 est une installation électronique et numérique qui met en scène ces 1000 objets réels en relation avec leurs homologues virtuels, tentant inlassablement et en vain, de défragmenter et ranimer la mémoire de Geocyclab sous une forme évolutive et animée. Son langage, fait d'événements lumineux, sonores, et visuels, dévoile de manière sensible et immersive les traces de la relation que l'humain d'aujourd'hui entretient avec le monde.

Concrètement elle est constituée d'une sculpture centrale, comme une tour de dix étages contenant les 1000 objets disposés dans autant de tubes en verres. Chaque tube est surmonté d'une LED adressable, permettant d'éclairer l'objet qu'il contient en fonction d'un programme informatique.

Le reste de l'installation se compose d'un réseau de micro-ordinateurs, synchronisés les uns aux autres en wifi, et qui ont chacun un rôle défini. Le “serveur” joue le rôle de chef d'orchestre, au sens où c'est lui qui contrôle la lecture des objets, un par un, selon un ordre défini par l'une des données (poids, couleur, date, nombre de kilomètres quotidien…) Les “clients” déclenchent alors soit l'éclairage du tube correspondant, soit la lecture d'un sample audio, soit l'affichage vidéo de la photo de l'objet, de sa position sur un planisphère, des données qui lui sont associé… Ce système modulaire permet de s'adapter à diverses configurations d'exposition, et de multiplier les clients très simplement en vue d'explorer d'autres d'interprétations et mises en scène de cette mémoire protéiforme.

Sur votre site, vous avez partagé beaucoup de données en libre accès concernant 1000, ses configurations, son fonctionnement, les méta-données associées aux objets, etc. Vous avez aussi créé un Gitlab, quelles sont vos attentes ou vos projets concernant ce partage de données ?

La construction de la vitrine, des circuits électroniques, et l'écriture des différents programmes informatiques n'ont été rendus possible qu'avec la participation d'une équipe d'ingénieux développeurs et d'agiles et patientes petites mains que nous ne remercierons jamais assez. Plusieurs sessions de travail collaboratifs ont été nécessaires à l'aboutissement de 1000.

Intégralement développée à l'aide d'outils libres (software & hardware), cette installation est précisément documentée pour rendre possible son appropriation par la communauté des artistes/développeurs, et pour simplifier sa mise en œuvre lors d'une exposition. (Documentation orientée développement + Documentation pour le montage / manuel d'utilisation)

Nous espérons bien sûr avoir l'opportunité de montrer ce travail à un public le plus large possible, et nous imaginons aussi que 1000 puisse faire l'objet d'appropriations diverses par la communauté des artistes/bidouilleurs/hackers/programmeurs. Car au-delà des souvenirs de “notre” voyage, 1000 est surtout une tentative de décrire le monde, notre époque, et l'empreinte de l'humanité sur la Terre, et en ce sens elle ne nous appartient littéralement pas.

Depuis 2015, vous avez déjà exposé plusieurs fois cette œuvre. Quelques exemples qui vous ont marqués ? Des anecdotes concernant la réaction du public en découvrant 1000 ?

La première exposition de 1000 eu lieu en 2018 à l'occasion du parcours “Les Arts à la Pointe”, dans l'ancienne maison de gardien de phare de la pointe du Millier (Finistère), en plein été. Si techniquement elle n'était pas encore aboutie, l'effet sur les spectateurs n'en était pas moins impressionnant lorsqu'ils se retrouvaient projetés de l'atmosphère solaire du sentier côtier breton en plein été, à l'obscurité totale. L'expérience de ce contraste avait quelque-chose de vertigineux !

Beaucoup de gens ne réalisent pas tout de suite qu'ils ont devant eux l'intégralité des 1000 objets. Le titre invite à s'imaginer l'énorme, mais en rentrant dans une pièce sombre pour se retrouver face à un parallélépipède pas très grand contenant l'énorme, ça renverse toutes les échelles.

Sur votre site, dont nous parlions tout à l’heure, vous évoquez également les autres projets sur lesquels vous travaillez. Quelques-uns dont vous souhaitez nous faire part ?

Effectivement, nous avons différents projets sur le feu, qu'on aime présenter comme une sorte de recherche continue. L'essentiel de ces travaux consistent à mettre en scène, et en son (à sonifier), des données de phénomènes invisibles liés au vivant ou à l'atmosphère que nous captons via différents dispositifs. Nous développons ainsi plusieurs expériences sur le métabolisme des plantes (Phonosynthesis, De Natura Rerum, Canopée sonore..) ou sur les évolutions de l'ensoleillement (Héliotropismes)

En ce moment, nous commençons l'écriture d'un projet qui va nous amener à produire des données en direct sur le corps humain, celui d'un musicien en l’occurrence, qui va devoir apprendre à composer une musique en étant influencé par la sonification de ses propres paramètres physiologiques.

Nous sommes aussi en train de fignoler avec une petite équipe, un gros travail de commande pour l'IRFU / CEA. Il s'agit d'un projet de médiation scientifique, entre escape-game et exposition interactive, autour du lancement du James Webb Telescope et de la quête des exoplanètes, intitulé le “Télescope Harmonique”.

Concernant l’œuvre 1000 et/ou concernant vos autres projets, quelles sont vos perspectives / objectifs pour la suite ?

1000 fait partie d'une sorte de méta-projet qui englobe plusieurs propositions d'explorations de la mémoire de ce voyage et que nous souhaiterions faire aboutir sous la forme d'une exposition globale. Si la série des “Haïkus” et le film “km18905” sont prêts à être diffusés, il reste encore un peu de travail pour finaliser 1000 et la documentation qui l'accompagnera. Quelques finitions matérielles pour parfaire la mise en scène de cette collection, une refonte intégrale de toute la partie software, et un travail d'édition et d'impression autour des données, photos, plans, liés à ce projet. Nous avons bon espoir d'arriver à nos fins avant de fêter les 10 ans de notre départ en septembre prochain !

Nous travaillons aussi en ce moment avec Grégory Valton, sur une édition autour de 1000 et de la résidence/atelier de deux ans que nous venons d'achever à Lolab (38Breil), et qui intégrera le catalogue de Paris-Brest.

Il y a aussi plein d'autres pistes de travail dans nos cartons, avec l'envie de collaborer d'avantage avec des scientifiques. Mais chaque chose en son temps !

V. 1.0

1000 - Version 1.0 (Millier 07/2019)



MASTER V.1

Hardware: Raspberry Pi 3
Distribution: Raspbian
Software: Pure Data

Contenu dans le hardware du LIGHT Slave, le Raspberry MASTER communique avec le LIGHT Slave via son port série USB. Pour les Slaves AUDIO & VIDEO les données sont envoyées en Wifi.

Le logiciel Pure Data lit, analyse et lisse la base de données, puis constitue des paquets OSC (Open Sound Control) qu'il envoie aux différents Slaves via le protocole UDP.

Problème

Pure Data gère mal le CSV. S'il existe un objet iem_pbank_csv qui permet de gérer nos donnée, la librairie dont l'objet fait partit iemlib ne compile pas sous Raspberry Pi.

Solutions au problème

a) Compiler la librairie pour Raspberry Pi
b) Éditer plusieurs fichiers CSV, un fichier par séquence jouée.
c) Laisser à Python le soin de gérer tout ça.




INTERFACE CONTROLER

Utile pour le setup de l’installation, l'interface utilisateur tourne avec PureData sur un autre laptop et communique via OSC avec le MASTER

Problème

Assez inefficace et lourd à mettre en place, nécessite un laptop avec Pure Data ce qui complexifie le dispositif.


LIGHT Slave V.1

Hardware: Raspberry Pi 3 (MASTER) + Teensy 3.2 + OctoWS2811
Distribution: Raspbian
Software: Pure Data - Arduino - FastLed


Le contrôle des LEDs s'effectue à l'aide du Raspberry MASTER qui communique avec le Teensy via le port série (USB). L'adaptateur OctoWS2811 fait la liaison entre le Teensy 3.2 et les différents bandeaux de LEDs WS2812B (5 strips de 200 LED chacun).

Le hardware fonctionne, il a été testé.

PureData tourne sur le MASTER et gère le traitement des donnée puis constitue les paquets OSC qu'il transmet à l'AUDIO SLAVE et au VIDEO SLAVE via le protocole UDP.

Parallèlement, il communique au Teensy 3.2 en utilisant le port série USB du Raspberry des messages comprenant le n° de la LED suivit d'un argument 1 ou 0. Le code du Teensy parse le message et transmet les instructions à la LED concernée en utilisant la librairie FastLed.

Format du message envoyé par PureData au Teensy : LED 348 1

Problème N°1

Liaison série Teensy / Raspberry Pi ne fonctionne pas correctement.

Solutions au problème N°1

a) Oublier la liaison série en plugant une carte wifi ESP8266 au Teensy.


b) Passer par le GPIO du PI et ouvrir un deuxième port série sur le Teensy.

Problème N°2

Objectifs non-atteints :

- Contrôle du temps de maintient
- Superposition de l'allumage des LEDs
- Contrôle de l'intensité
- Contrôle du fade-in
- Contrôle du fade-out
- Contrôle de la couleur de background
- Contrôle de la couleur active

Solution au problème N°2

Développer en C un code permettant au Teensy 3.2 de recevoir, simultanément ou à quelques ms d'intervalle, plusieurs messages sous forme de paquets OSC.


AUDIO Slave V.1

Hardware: Raspberry Pi 3
Distribution: Raspbian
Software: Pure Data


Le patch fonctionne à peu près, mais est à nettoyer… Radicalement.

Problème N°1

L'interfaçage de la carte son Beocreate avec PureData à jusqu'à présent été un échec

Solution au problème N°1

a) Chercher encore un peu pour comprendre comment ça fonctionne.
b) S'orienter vers une autre carte son


VIDEO Slave V.1

Hardware: Raspberry Pi 3
Distribution: Raspbian
Software: Processing


La version 1.0 du VIDEO SLAVE Fonctionne bien et affiche les objets et infos relatives. Une petite interrogation subsiste quant à la puissance/vitesse du Raspberry 3.

screen-v1.jpg Maquette de la vidéo projetée

Session Baleine #1 - 06/2019


backup-collaborative-session-06-2019

Protocole du montage de la structure

Cut LEDs (120 tronçons de 10 LEDs)
Etain sur chaque strip (720 points)
Limage des point de soudures internes
Collage des strips sur les cansons noirs (A et B inversés)
Cut Câbles InterLEDs
Soudure des câbles InterLEDs (720 points)
Cut Tiges filetés 5mm
Cut Tube Alu 12mm (gaine thermo avant)
Cut Gaine thermo 5mm
Pose gaine sur les tiges filetés

Montage des 2 plateaux Sécu (A & B sans les tubes)
Câblage des deux plateaux
Fabrication caisse de rangement / transport
Démontage plateaux 3 et 4 + dé-gainage tiges filetés
Dégraissage visserie + Pose écrou Nylstop 01
Agrandissement des trous 5mm + Cut guide câble IV PMMA
Thermoformage + Cut entretoises 5mm
Nettoyage PMMA
Montage des 10 plateaux (gants blancs)
Soudure des câbles In/Out sur les strips
Montage de l'étagère à blanc » TEST
Câbles Colonne
Disposition des tubes (sans bouchons)
Finitions caisse (cut + mousses)
Rondelles papier + Scotchs + cales couvercle » Sandwich
Tests studio Macro
SHOOTING + MISE EN TUBES DES OBJETS

Montage Final (pinces ?) + finitions caisse (poignées)
Bloc MASTER ventilo + interrupteur + caisson

Tests Logiciel + Traitements images et sons


prod/creation/meta-projet/1000.txt · Dernière modification: 26 04 2022 (modification externe)