ExSitu

Recherche et expérimentation artistique

Outils pour utilisateurs

Outils du site


prod:creation:geocyclab:objets-libres:26-open-atelier-kl

Open-Atelier à KL

Kuala Lumpur - Malaisie
1 août 2014
N 03°11,565' E 101°40,868'

Geocyclab s'est sédentarisé quelques temps à « Harmony Hub » et il s'en est passé des choses à Kuala Lumpur. Suite à un certain nombre d'événements, une résidence informelle s'est improvisée et la collaboration entre l'équipe de Biji-Biji et Geocyclab a donné naissance à un atelier d'électronique Open Source au sein duquel plusieurs productions ont vu le jour. La catégorie « Objets Libres » nous paraît donc être le meilleur endroit pour énumérer et décrire un peu plus la nature de ces « Open-bidouillages ».

Suite à la présentation de notre projet aux membres et volontaires présents à Harmony Hub, l'animation d'un atelier Crackle-Box (ou comment hacker un petit amplificateur afin de générer du son avec tous types de matériaux conducteurs) à généré un réel enthousiasme. Nous avons ensuite travaillé sur un prototype de synthétiseur Arduino doté d'un télémètre ultrason et sur deux expérimentations/installations sonores réalisées à l'occasion du Belia festival de Kuala Lumpur. Enfin, un traceur GPS modulable (boîte noire) est sorti de l'atelier pour remplacer notre GPS disparu.

Installation « Plantes sonores »

« Singing plants » ou « Plantes sonores », est une installation sonore qui comme son nom l’indique consiste à faire chanter des plantes. C’est en fait une évolution du concept de la Crackle-box. Nous avons révisé l’aspect « noisy » pour tendre vers quelque chose d’un peu plus mélodique. Mais aussi pour simplifier et multiplier les interactions pour permettre la réalisation d’une interface sonore multi-joueurs.

L’installation finale se présente sous la forme d’une structure de bambou à laquelle sont suspendues huit plantes vertes. Chacune d’entre elle génère une variation sonore singulière quand une personne vient la toucher, la titiller ou la caresser. Une deuxième version bien plus élaborée du projet « Singing plants » fut exposée à l’occasion du Festival « Cool a Lumpur ».

Installation « Cloches solaires »

Cette deuxième installation exposées lors du Belia Festival, beaucoup moins aboutie que la première, était constituée de 40 petits modules autonomes chacun constitué d’une cellule solaire, d’un vibreur de téléphone portable et d’un objet métallique faisant office de clochette. Chacun de ces dispositif étaient là encore, suspendu à une structure de bambou, telle une multitude de petits mobiles soumis aux caprices des courants d’air.

Le procédé est simple : en fonction de son orientation et sous l’action des rayons du soleil le panneau solaire génère un courant électrique qu’il transmet directement au vibreur. Quand ce dernier, qui est apposé sur un objet métallique, vient à vibrer le petit dispositif se met alors à sonner. Un module c’est intéressant, mais avec 40 d’entre eux, il y a du potentiel.

Description technique des « Plantes Sonores V2 »

Le principe de cette technologie Open Source, issu du Disney Research Lab et adaptée pour Arduino par DZL, consiste à transformer chacune de nos plantes vertes en capteur.

On envoi un courant électrique de faible intensité dans les plantes qui se déchargent plus ou moins au contact de nos corps conducteurs et en fonction de la manière dont on les touche (un peu, beaucoup, à la folie). Ce changement d’état est mesuré à l’aide de capteurs capacitifs fabriqués pour l’occasion et qui transmettent les résultats à la carte Arduino. Pour finir, Arduino transforme ces signaux analogiques en infos numériques et les transmet à l’ordinateur où un patch Pure Data transforme ces informations en sons via un synthétiseur virtuel. Facile !

Maintenant, imaginez vous gérer l’ambiance lumineuse de votre salon en frôlant une feuille d’agave, augmenter le volume de votre chaîne HiFi avec vos orchidées !

Le tutoriel de Mads Hobye (sur lequel on s’est basé)

Le sketch Arduino (modifié par Geocyclab pour 3 plantes)

Le patch Pure Data (made in Geocyclab qui génère l’audio)

Le GPS Arduino

Nous nous sommes donc lancé dans la fabrication d’un traceur GPS, une boîte noire destinée à enregistrer régulièrement différentes données tout au long de notre route (date, heure, latitude, longitude, altitude, nombre de satellites…). Nous lui avons associé quatre boutons qui ont pour rôle de poser différents types de repères (Objet du jour, Interview, Haïku, Création artistique), ainsi qu’un capteur de température. N’importe quel type de capteur (ou presque) peut être ajouté comme un capteur d’hygrométrie, et bien d’autres encore..

Alimenté par une petite batterie rechargeable en USB ou via un panneau solaire, le traceur GPS est donc potentiellement autonome. L’idée à terme serait d’en faire un réel outil de géolocalisation facilement modulable (par l’ajout de capteurs en tous genres, d’un écran, d’un module Bluetooth pour communiquer avec son smartphone…) destiné aux artistes « nomades » et aux chercheurs amoureux du terrain.

Le tutoriel de Florian B

Le sketch Arduino pour connecter 4 boutons et le capteur de température

Synthétiseur Arduino

Crackle-Box

Carte Arduino + Capteurs capacitifs

Traceur GPS Arduino (vue éclatée)

Crackle-Box (branchée sur des verres d'eau)

Module vibreur + panneau solaire

Traceur GPS Arduino

prod/creation/geocyclab/objets-libres/26-open-atelier-kl.txt · Dernière modification: 02 04 2020 de barth