ExSitu

Recherche et expérimentation artistique

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

prod:chronologie:publication:geocyclab:almanach:post-475
Jour 473 - Oakland

Mercredi 15 janvier 2014 - 20 kms - Post n° 475



Barth : La journée commence tôt avec le check-out de notre hôtel. Puis nous filons en direction du terminal des bus en prenant le temps d'avaler un café rapidement sur la route. Il faut faire rentrer le vélo d'Anaïs dans un carton pour le transport, ce qui donne lieu à un démontage improvisé des deux roues en dernière minute, mais finalement tout est prêt, le bus pour Los Angeles est sur le départ, juste le temps de nous dire au-revoir…

J'ai une demie-heure pour me remettre de mes émotions avant de retrouver Fanch au Starbucks du coin. Je finis par comprendre que notre rendez-vous n'était pas assez précis et que Fanch m'attend dans un autre Starbucks à quelques blocs d'ici, mais cela me laisse le temps de confirmer notre arrivée à Jonathan le soir même à Oakland. Fanch me rejoint donc et nous allons ensuite acheter nos tickets de ferry pour traverser la baie avant de manger rapidement. Il faut croire que le simple fait de prendre la direction d'Oakland change la donne car embarquant sur le ferry nous rencontrons coup sur coup, Hannah et son père qui vivent dans une maison plus ou moins communautaire et qui nous propose de nous héberger et Ulysse, d'origine suisse et vivant à Oakland également qui nous invite aussi à partir de dimanche ! Mais pour le moment nous maintenons notre cap initial en direction de « the place for unstaintable living » où nous avons rendez-vous avec Jonathan.

L'endroit est surprenant ! Depuis trois ans, ce collectif de militants écologistes, d'artistes et de bidouilleurs de vélos colonise un petit bout de terrain dans une zone plutôt résidentielle. Ça ressemble à un squat de prime abord, avec les caravanes alignées qui bordent la cour, mais une fois dans les locaux on sent qu'on arrive dans un projet bouillonnant qui tourne rond. Difficile d'en savoir plus pour le moment, Jonathan nous entraîne d'un coup de pédale au « Castle », maison communautaire indépendante du collectif mais où nous sommes bienvenus pour occuper la petite chambre du rez de chaussée donnant sur les parties communes. Royal !

Après avoir défait nos affaires nous retournons à The Place pour y partager le dîner avec le collectif qui se réunit ce soir là. C'est l'occasion de se présenter un peu, de mettre un nom sur la poignée de visages qui nous entourent (noms que je n'ai pas encore réussi à retenir) et de sentir que le courant passe bien. Notre proposition de présenter notre projet un soir et de prendre le temps de réaliser un portrait des lieux semble attiser les curiosités et c'est réciproque, j'ai envie d'en savoir plus sur ce qui se passe ici..

Affaire à suivre donc, pour l'heure nous laissons toute la bande faire sa réunion de rentrée et regagnons nos appartements pour une soirée de brainstorming geocyclabique. Nous avons dix jours avant de décoller d'ici, pour faire deux présentation, réaliser un portrait vidéo, un nouveau Checkpoint, et peut-être un second volet de « Float Drop », sans parler de l'organisation de notre arrivée à Bali le 28 janvier.. Bref on ne va pas s'ennuyer !


Fanch : La bonne nouvelle du jour? Nous sommes invités à dîner ici : A Place For Sustainable Living . Autrement nommé « The Place » (to be?) par les locaux, c'est un lieu communautaire d'échange de savoir et de travail collaboratif situé de l'autre côté de la baie, à Oakland, ou il semble se dérouler pas mal d'activité qui pourrai bien plaire à Geocyclab. Arts, jardinage, mécanique vélo, énergie renouvelable, récupération d'eau de pluie et traitement des eau usée… Mouai, je dirait qu'il y a un bon coup à jouer. Je ne m'avance pas trop mais nous allons probablement loger là bas d'ici notre départ… Enfin! Il va se passer quelque chose de concret!

Je retrouve Barth à l'heure du café. Il a l'air d'aller bien,  cool. Alors on enchaîne en prenant la direction de l'embarcadère ou nous rencontrons plusieurs personnes s'intéressant à notre condition de nomade tout en nous proposant un, puis deux hébergement… Quoi!!! 15 jours à chercher un toit sous lequel bosser sans aucun résultat et quand enfin une piste sérieuse se dévoile, on nous propose à plusieurs reprises, à 10 min d'intervalle un hebergement! Franchement parfois, le déroulement de ce voyage s'avère déstabilisant.

Oakland, on change de rive!

Une fois débarqué il nous reste quelques petits kilomètres à parcourir avant d'arriver à « The Place ». L'occasion pour nous de traverser les faubourgs de la ville et de se faire une petite idée de l'ambiance locale. En (très) gros, la flambée des prix de l'immobilier de San Francisco n'a pas laissé le choix à la classe populaire (dont beaucoup d'artistes) de s'exiler sur l'autre rive. Et Oakland se transforme peu à peu en citée culturelle voir alternative. Effectivement, ce rapide premier aperçu confirme la rumeur, disons autrement que les porches et autre bagnoles de sport ne courent pas les rues, et en Californie… Les bagnoles, ça compte!

Nous voilà à « The Place » ou nous sommes accueillis à coups de questions concernant notre voyage. Nous commençons d’ailleurs à les connaître ces questions mais elles signifient que nos interlocuteurs s'intéressent au projet, c'est toujours bon signe. Jonathan que nous ne connaissions que via un échange de mail, nous prend en charge. Paf paf paf, un à un, les membre de l'équipe se présente et  j'ai retenu le nom de… Jonathan. C'est déjà pas mal. Enfin, nous faisons le tour des lieux pour finir dans nos appartements, une petite piaule d'invité située dans une maison communautaire que l'on appellera le castel. Cet hébergement situé à deux ou trois rues de The Place n'est qu'une solution provisoire ou nous ne devrions pas faire de vieux os.

Ce soir nous dînons à avec les membres de « The Place », un dîner qui feit office d'entretiens puisqu'une délibération se fera lors de la réunion hebdomadaire. Va-t-on ou non loger dans la caravane rose, en plein cœur de ce lieu alternatif ou il se passe pas mal de choses intéressante? Attention suspense…


prod/chronologie/publication/geocyclab/almanach/post-475.txt · Dernière modification: 02 04 2020 (modification externe)